EN DIRECT 1107 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Clavier Razer Huntsman Elite

Article
Rédigé par
Publié le 25 Février 2019
Page: 2/5

Le Huntsman Elite, pris en main, fait valoir un poids important mais aussi et surtout une belle finition. Etant donné qu’il fait très largement appel à l’aluminium, il présente vraiment très bien. De plus, il n’y a pas de faute de goût sur la finition. Les ébavurages des parties plastiques ou métalliques sont nets. En outre, la plaque d’aluminium profite de pans biais au laser qui renforcent encore un peu la bonne impression. Le repose-poignet apporte lui aussi une belle touche mais nous y reviendrons. Cela dit, nous n’en attendions pas moins car il est un aspect que nous n’avons pas abordé : le prix. Pas moins de 209 euros… Tout de même.

Le clavier est un modèle au format complet, ISO Fr avec touches au profil haut. La police des touches est classique, fine et évidemment translucide. Les touches de fonctions ne sont pas toutes doublées. Seuls celles courant de F9 à F12 accueillent respectivement l’enregistrement des macros à la volée, l’activation du mode jeu et enfin la gestion de l’intensité du rétroéclairage. Pause permettre de mettre en veille sa machine. C’est au-dessus du pavé numérique, classique, que nous trouvons ce qui permet à l’Huntsman de se démarquer – tout en louchant un peu, il est vrai, sur la série K de Corsair. En effet, une série de boutons ronds pilote le lecteur multimédia. Indéniablement, c’est assez stylé, surtout quand on se rapproche du gros bouton de volume : cerclage plexi translucide, rondelle biaise métallique rotative et gros bouton central pour l’intensité et la mise en pause du volume sonore. En revanche, à y regarder de plus près, les trois autres sont en plasticier. A priori, ils rendront le service pour lequel ils sont attendus, mais un peu plus de matériau noble n’aurait clairement pas été de refus. La plaque d’aluminium est percée pour recevoir les diodes d’information entre le pavé des flèches et le pavé Insr. Enfin les bords du clavier en plastique granuleux ne reçoivent rien, excepté la tranche avant qui porte un contacteur, le jumeau de celui du repose-poignet. Ce même plastique compose la plaque châssis inférieure, elle porte six gros patins de caoutchouc et deux pattes de surélévation caoutchoutées. Le câble gainé se termine par deux USB, dont l’intérieur vert rappelle que nous sommes chez Razer. Pour terminer, évoquons rapidement le repose-poignet, ce dernier est massif. Il est composé d’un habillage d’aluminium et de plastique. Mais les points les plus notables sont les suivants : un skaï d’excellente qualité recouvre la mousse et il dispose d’une bande de plexi translucide courant sur tout son pourtour. D’où la présence du contacteur, il participera au rétroéclairage du clavier. Cet aspect alourdit automatiquement l’addition. Reconnaissons toutefois qu’il s’agit du plus beau repose-poignet fourni par un constructeur. Fnactic et son repose-poignet réglable n’a qu’à bien se tenir.

Sur le plan technique, l’Huntsman Elite est donc un clavier équipé de switches dit mécaniques, mais ici point de Cherry. Razer a implanté ses propres switches, enfin propres tout est évidemment relatif, mais force est de constater que Razer ne communique pas sur la provenance de ceux-ci. En tous les cas, ils sont nommés ici opto-mécaniques, annoncent 45 cN d’activation ainsi que 100 millions d’activations garanties. Il embarque un « stockage hybride » offrant 5 profils à bord. Le rétroéclairage dispose de 38 zones pour s’exprimer sur le clavier, 20 sur le repose-poignet. L’anti-ghosting est de 10 touches et le polling rate à 1000 Hz. Avec les dimensions suivantes, 140/230 X 446 X 36 mm, il est pesé à 1083/1572 grammes sans/avec repose-poignet. Il profite de Synapse pour s’exprimer pleinement.

Partagez :