EN DIRECT 2033 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

test clavier Gaming ASUS TUF Gaming K7

Article
Rédigé par
Publié le 04 Mars 2019
Page: 2/5

Le clavier, pris en main, étonne car il est assez léger. En revanche, la finition est propre et n’appelle pas la critique. Mais, car il y a un mais, c’est au niveau de la présentation que le TUF Gaming K7 marque légèrement le pas. Légèrement seulement, car nous avons tout de même la présence d’une jolie plaque d’aluminium anodisé grise. Mais elle aurait pu bénéficier de pans coupés, histoire de renforcer l’aspect classieux du produit. Ensuite, le châssis est intégralement en plastique, mais seule la partie inférieure est travaillé, pas les côtés.

Fondamentalement, rien de bien méchant, mais le TUF Gaming K7 ne passe pas complétement l’image du produit haut de gamme. Dans l’absolu, il fait indéniablement clavier sérieux mais quelques petits détails modèrent ce constat. Le repose-poignet ne commet pas ses petits impairs. En effet, il propose à la fois un skaï d’excellent qualité au toucher ainsi qu’une matière travaillé esthétiquement.

Le clavier est un modèle ISO Fr au format complet, équipé de touches au profil haut. La police est classique, quoiqu’un peu plus épaté que de coutume. Il y a aussi un liseré sur la barre Espace mais aussi les touches 1, 2, 3, 4 qui accueillent un marquage latéral sympathique. Les touches de fonction ne sont pas toutes doublées. Seules celles de F6 à F11 portent quelques commandes multimédias. Nous retrouvons donc classiquement morceau précédent, lecture/pause, morceau suivant, coupure, montée et baisse du volume. Au bout de la ligne d’icelles, nous avons un rappel de la gamme du clavier TUF Gaming, placé sur une petite plaque de métal noir. La plaque d’aluminium est découpée pour ce faire, elle accueille juste en-dessous un autre marquage tout en nuance de gamer : We got your back ! Pas grand-chose à rajouter sur les pavés numériques, Insr et flèches. Ces dernières, doublées, permettent de commander le rétroéclairage. C’est entre les flèches et le pavé Insr qu’Asus a placé les diodes d’informations. Il a même eu le bon goût d’en ajouter deux : une diode clignotante lorsque l’utilisateur saisit une macro à la volée et une dernière indiquant le blocage de la touche Windows. Seule la tranche supérieure porte un rappel de la marque. C’est donc en dessous que nous retrouvons le plus de travail sur la matière. Ainsi, nous avons un gros marquage TUF GAMING accompagné du logo. Quelques triangles finalisent l’encadrement de celui-ci. Entre les pattes de surélévation caoutchoutées et marqués, l’une TUF, l’autre GAMING, un bandeau est orné de stries, lisérés, aspect laqué. Ce sont ces mêmes motifs qu’arbore le repose-poignet. Ce dernier a l’excellente idée de faire appel à une fixation aimantée. La mousse est épaisse et le skaï très doux.

Il ne reste qu’à aborder la question de la technique. Nous l’avons donc dit, le TUF est un clavier opto-mécanique. Il reçoit donc des switches qui concilient ressort et faisceau optique. Il a aussi et surtout l’excellente idée de choisir des switches linéaires, donc ni tactiles, ni clicky. Le point d’activation s’établit à 1.5 mm pour 2.0 à 2.2 mm pour un switch mécanique classique. Le temps de réponse est de 0.2 ms. La force d’activation nécessaire pour la version linéaire – elle existe aussi en version tactile – est de 47 cN, soit peu ou prou celle des classiques Red de Cherry. Le TUF Gaming est aussi annoncé résistant à l’eau et à poussière sur la norme IP56 avec un polling rate à 1000 Hz. Nous savons qu’il accueille une puce mémoire dont nous n’avons pas la quantité. Enfin, le clavier est pesé à 754 grammes pour les dimensions suivantes : 439 X 131 X 37 mm.

Partagez :