EN DIRECT 1600 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test souris Glorious PC Gaming RACE Model O

Article
Rédigé par
Publié le 20 Mai 2019
Page: 2/4

Une fois prise en main, la Model O, même si elle met en avant une réelle absence de plastique dont nous reparlerons en raison des trous, propose une belle finition. En effet, les ébavurages sont nets et sans bavures. De plus, les ajustements sont plutôt précis. C’est lorsqu’on retourne la souris que l’on peut préciser « plutôt » : la plaque châssis est effectivement légèrement moins ajustée à la coque. Dans l’absolu, il n’y a rien de bien gênant puisque le reste des ajustements sont nets et précis. Sur le plan des matières, nous sommes face à du plastique granuleux louchant du côté gun-métal. C’est peut-être le point un peu négatif de la souris : elle fait appel essentiellement à du plastique quelque peu classique même s’il joue la carte semi gun-métal. Certes, il est de bonne qualité mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit de plastique globalement entrée de gamme.

La coque propose une courbure assez douce vers l’arrière. Il faut reconnaître que la souris reprend de manière assez proche l’ergonomie d’une DeathAdder : ergonomie simple et classique, même si elle est pleine de trous, mais cela est un autre débat. Exceptionnellement, la coque ne porte pas de logo sur l’arrière. Elle met en avant la multiplicité des trous. Trous que nous allons retrouver disséminer un peu partout sur la souris. Les clics, eux-mêmes, reçoivent des trous sur la partie haute. En partie avant, les clics sont classiquement tuilés. Entre iceux, nous avons au sein de la fente un bouton de DPI/profils et entre les clics, dans l’espace offert, la molette. Cette dernière, la molette translucide, équipée d’une bande de caoutchouc noir crantée, est assez proéminente. Les parties latérales sont assez planes. Sur la droite, cette dernière est ornée du nom de la marque. Du côté gauche, nous avons droit à l’arrière à la tête du Dieu de la marque sur l’arrière. La face avant est assez classique, elle ne porte que le départ du câble. Sous la souris, nous retrouvons, et c’est une première, une plaque châssis troué…L’idée est, au final, d’alléger la souris. Ainsi l’essentiel de la plaque est percé, excepté sur le centre où est placé le capteur. Ce dernier est accompagné d’une diode indiquant le niveau de DPI. Les quatre patins sont placés aux quatre coins de la plaque. Etonnamment, ils sont blancs, ce que nous avons assez rarement vu, il faut le reconnaître. Le câble est en caoutchouc mais il est gainé d’une toile maillée et terminé d’une ferrite.

Au niveau technique, la Model O reçoit un capteur Pixart 3360 d’une résolution maximale de 12000 DPI. Vu la référence du capteur, nous sommes à face à 50 G d’accélération et 250 ips. Nous n’avons pas d’indication sur la puce mémoire. Elle dispose de 6 boutons programmables. Le pooling rate se pose à 1000 Hz et le lift-off est à 0.7 mm. La Model O embarque un rétroéclairage RGB. Le polling rate s’établit à 1000 Hz. Les patins de téflon optent pour l’appellation suivante : G-Skates Premium. Le point primordial de la Model O est son poids, elle est annoncée à 67 grammes, vérifié à 68 grammes pour les dimensions suivantes : 128 X 66 X 37,5 mm. Elle sera disponible en deux couleurs et deux finitions pour chaque : Black Matte, White Matte, Black Glossy et White Gloss. Elle est utilisable pour l’instant sans soft à ce jour puisque Glorious ne le propose pas de suite. En effet, le pilote n’est pas encore disponible. Mais Glorious prévoit un soft dans les semaines à venir.

Partagez :