EN DIRECT 1618 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test clavier Gaming Wooting One

Article
L'analogique c'est fantastique
Rédigé par
Publié le 12 Août 2019
Page: 2/5

Au niveau du design, le Wooting One est un clavier assez conventionnel. Il est plaisant tout en s’affirmant un peu comme intemporel. Il ne subira pas les affres du passage de mode. Au niveau de la finition, c’est excellent. Les ajustements et les ébavurages sont extrêmement précis. Du côté des matières, il a le bon goût de jouer la carte de l’aluminium 5052 sous les touches et cantonne globalement le plastique granuleux aux parties latérales et inférieures. Nous sommes donc face à un clavier qui présente plutôt bien.

Le clavier est un modèle TKL que nous avons reçu en ISO FR. Les touches sont au profil haut. Le marquage est classique, fin et de taille contenu. Seules les touches doubles profitent d’un marquage un peu plus épais. Les touches Windows et Fn disparaissent au profit de touches badgées du logo de la marque. Le Wooting One ne double pas les touches de fonction pour y implanter les commandes multimédias, comme c’est souvent le cas. Ici, Wooting fait le choix de les placer sur le pavé Insr, avec volume plus, volume moins et sourdine sur la partie haute. Morceau précédent, lecture/pause, morceau suivant sur la partie base. La gestion de l’intensité du rétroéclairage est proposée sur Prt Sc et Pause. Une touche Mode vient se placer à la droite de Pause, c’est celle qui a toute son importance sur le Wooting One : elle permet de passer le clavier du mode digital à l’analogue, et vice-versa. C’est effectivement la grande plus-value de ce clavier : il va gérer en jeu l’intensité de l’enfoncement de la touche. Ce qui ouvre de belles perspectives, a priori. Le biais du clavier en partie basse est orné du logo de la marque. Les tranches, quant à elles, ne portent rien. La plaque châssis inférieure du clavier est en plastique noir et granuleux. Elle porte sept patins de caoutchouc et deux pattes de surélévation, elles-mêmes caoutchoutées. La connexion micro-USB dispose d’un vaste logement et le câble de trois canaux pour gérer sa sortie.

Nous avons reçu le Wooting en version One, il s’agit donc d’un TKL. Il existe en version Two avec layout complet. Il se pare de switches Flaretech opto-mécaniques et annonce donc un fonctionnement analogique, une gestion de l’intensité de l’enfoncement donc. Les switches sont disponibles en deux versions : Linear55 Red et Clicky55 Blue. Tous deux demandent 55 cN au niveau de l’activation. L’un sera linéaire et l’autre clicky…mais c’était très prévisible vu l’appellation. Ils sont annoncés pour 100 millions d’activation. Dans le détail, le switch dispose de 4 mm de course, et l’analogique profite de 1,5 à 3,6 mm pour s’exprimer. La vitesse de réponse est de 0,03 ms, ce qui laisse largement de quoi déplacer au plus vite les doigts. Le polling rate est à 1000 Hz. Le clavier accueille une puce mémoire dont nous n’avons pas la contenance. Les dimensions du clavier sont les suivantes : 369 X 161 X 41 mm et il est pesé à 773 grammes.

Partagez :