EN DIRECT 1637 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test clavier mécanique Thermaltake Level 20

Article
Rédigé par
Publié le 02 Septembre 2019
Page: 4/5

Une fois posé sur le bureau, il faut reconnaître une chose immédiate, le Level 20 est un sacré morceau. Ce qui ne sera pas sans incidence sur la prise en main et l’utilisation, mais nous allons y revenir plus en détail ultérieurement. Nous avons donc ici un clavier au format complet mais aussi et surtout équipé de switches MX Cherry. Cela implique deux points : le premier est celui du sérieux ressenti – un peu comme la température ressentie. En effet, ces switches sont le choix de la raison et de la sécurité, même si, aujourd’hui, et ce n’est pas la première fois que nous le précisons, les autres marques de switches ne déméritent plus. La preuve en est que Tt eSports annonce aussi une disponibilité du clavier avec des switches Razer. Le deuxième point est celui du choix pertinent parmi les switches Cherry. Ici, Tt eSports opte pour les Speed. Cela signifie qu’au niveau du fonctionnement, nous retrouvons celui des rouges avec une course raccourcie. C’est cette course courte qui permet à Cherry d’annoncer un aspect Speed sur ceux-ci. Certes, cela restera un gain particulièrement limité, car même si la réalité de cette course permet de gagner quelques nanosecondes à chaque activation, il n’en reste pas moins que le gain est assez peu quantifiable. Et comme toujours, nous ajoutons que la réelle limitation est celle du déplacement des doigts de l’utilisateur. Cela dit, au-delà de tout cela, ces switches sont très confortables. La course linéaire, sans clic sensible, ni audible, est très souple. Ce qui amène une certaine exigence à la frappe. L’imprécision n’est pas de mise ; si l’utilisateur effleure la touche d’à côté, elle est irrémédiablement activée. Cela dit, l’effet ressort apporte plus de confort et un peu de fatigue en moins en cas de frappe intensive. Ce qui est bien évidemment valable aussi en jeu. Le clavier suit tous les déplacements avec réactivité.

Quand nous annoncions un clavier de belle taille, c’est effectivement le cas. Mais, car il y a un mais, cela implique une hauteur de clavier importante. Par conséquent, l’absence de repose-poignet se fait cruellement sentir. Nous ne l’avons donc pas utilisé sans pattes de surélévation, puisque sans, l’axe avant-bras/poignets est sérieusement cassé et presque inconfortable lors des sessions longues. En remettant le deuxième niveau de pattes de surélévation, l’angle ne s’améliore pas, mais du coup, les touches des rangées supérieures se rapprochent des doigts. Le fait de moins étirer les doigts pour aller les chercher améliore le confort et la frappe. Cela dit pour être utilisé tel quel sur le long terme, l’ajout d’un repose-poignet est quasi nécessaire. En lui adjoignant les services de notre repose-poignet du quotidien, Glorious PC Gaming Race, nous avons conséquemment amélioré le confort.

Les nombreuses commandes disséminées ça et là permettent de piloter assez aisément le clavier et ses fonctionnalités. Toutefois, il faudra un temps nécessaire d’adaptation et de repérage avant de s’y sentir parfaitement à l’aise. En revanche, excellent point pour le panneau de commande qui reprend peu ou prou ce que propose d’autres marques. Il n’y a pas vraiment de découverte à ce niveau. La molette est précise, mais le défilement cranté n’est pas aussi agréable que celui freiné d’un K70 par exemple. Pour le reste, nous sommes face à du classique, qui se double des mêmes possibilités au niveau du soft.

Il nous reste à aborder trois points. Le premier est celui du rétroéclairage car avec le Level 20, il y en a à tous les étages. Les touches sont globalement homogènes, mais comme souvent, les marquages bas marquent le pas. La diode est effectivement placée sur le haut du switch, la luminosité peine donc à atteindre le bas de la keycap. Le bandeau courant sur le pourtour apporte une touche sympathique. L’intensité est réglable mais elle a le bon goût de ne pas être trop intense, même au maximum, le clavier n’est donc jamais éblouissant. Le deuxième aspect est celui des nuisances sonores. La construction massive du Level 20 lui permet de ne pas être particulièrement bruyant. Il n’y a pas de bruit de ressort, en revanche, les touches doubles claquent nettement à la remontée. A la descente, le son est même assez mat et plutôt agréable. Avec un peu plus de maîtrise sur les remontées, il aurait pu se placer, non pas dans les silencieux c’est impossible avec un clavier mécanique, mais dans les assez peu bruyants. Dommage. Enfin, il se pare de touches en ABS, mais comme toujours, il fait comme tous les autres. Heureusement, le tarif quelque peu contenu de 149 euros aide à faire passer la pilule. La concurrence, sur le même segment alu-RGB-panneau de commande multimédia-design, s’échange facilement 30-40 euros de plus…mais bien souvent propose aussi dans le même temps un repose-poignet qui, ici, constitue un manque cruel. Ces touches ABS se marqueront donc irrémédiablement avec le temps. Terminons toutefois sur un point spécifique du Level 20 : il est disponible en plusieurs types de switches et en deux couleurs. Ainsi, la version équipée de switches type Razer est tarifé encore une vingtaine d’euros de moins. Ce qui amoindrit le ticket d’entrée et rend le tarif presque raisonnable.

Partagez :