EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test casque Sharkoon SKILLER SGH30, petit, mais costaud

Article
Rédigé par
Publié le 21 Décembre 2020
Page: 3/5


Commençons logiquement par le confort et l’ergonomie de ce casque. Comme on le soulignait précédemment, celui-ci est très léger et cela a indéniablement un impact positif sur le confort puisque le poids et la pression, par ailleurs très bien répartis, se font très vite oublier, sans pour autant donner dans l’impression d’avoir un casque flottant. Le maintien sur le crâne est certes doux, mais suffisamment présent. Les larges mousses de protection recouvertes de similicuir des haut-parleurs sont confortables. Le bandeau qui dédouble l’arceau métallique offre lui aussi bien suffisamment d’épaisseur pour se rendre confortable, même après plusieurs heures de sessions de jeux. Quant au micro, même s’il est fixé sur sa tige, on ne peut qu’accueillir avec plaisir le bon équilibre en rigidité et souplesse pour régler son positionnement. En fait, nos impressions sur le confort et la qualité de fabrication sont simplement très bonnes pour cette gamme de prix, nous n’en demandions pas tant.

À l’écoute, nos attentes n’étaient évidemment pas très élevées, mais nous ne sommes pas spécialement déçus. Une petite puce C-Media se chargera du décodage audio sur un taux d’échantillonnage fort basique, 48 kHz @ 16 bits. Audiophile, passez votre chemin, mais vous le saviez déjà. Pour résumer notre ressenti sur la restitution sonore, force est d’admettre que les basses sont ici très généreuses, voire trop. Un peu grasses et débordantes sur les graves, elles ont toutefois le mérite d’avoir une dynamique plutôt respectueuse. En revanche, les fréquences graves et même les mediums se retrouvent étouffées et en conséquence, manquent de prestances. Les fréquences aigues sont elles bien présentes mais prodiguent un rendu plutôt artificiel, à la limite synthétique. On n’est donc pas sur une expérience audiophile de haute voltige, mais il n’empêche qu’il est très très facile de trouver bien plus mauvais que cela, même à un tarif supérieur, chez la concurrence. En fait, ce n’est même pas mauvais, le son reste étonnamment ample et chaleureux.

In game, on passera sur le mode 7.1 virtuel qui, mais c’est de toute façon rarement le cas même sur des casques milieu et haut de gamme, n’est pas convaincant ou au pire des cas, dénaturera trop le son pour être utilisé en mode par défaut. On s’y attendait, ce n’est pas une déception pour nous et on le rappelle, il s’agit d’un casque proposé sous la barre des 35€. Pour ce qui est de la spatialisation en mode stéréo, rien d’indélicat à déclarer, si ce n’est que les lacunes des graves précédemment évoqués entacheront quelque peu l’expérience, comme une sorte de manque de soutien dans certains passages nerveux / explosifs. L’image stéréo est également mais seulement parfois troublée par une séparation gauche/droite trop franche. Cela s’entend pour les plus avertis, mais rien d’handicapant aussi bien sur l’envergure que sur la fréquence à laquelle on peut se retrouver confronter à ce petit défaut.

Au niveau du micro, étonnamment, rien à redire. C’est simplement dommage qu’il soit de type omnidirectionnel car il capte des sons qui n’ont pas forcément lieu d’être, mais heureusement à (très) bas volume. Rien d’embêtant pour vos co-équipiers pour les jeux multi-joueurs qui nécessitent des conversations vocales soutenues. La réactivité est plutôt bonne, mais selon les jeux ou logiciels, un petit réglage de sensibilité se fera presque obligatoire dans chaque cas, au risque de perdre quelques mots, notamment en fin de phrase lorsque l’intonation de votre voix baisse. À part cela, on est très satisfait de la facilité du réglage de la position du micro et de son maintien sur sa tige.

Partagez :
Marque : Sharkoon