Youtube Facebook Twitter Google+ EN DIRECT 1225 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Ecouteurs ROCCAT Syva

Article
Rédigé par Glork
Publié le 04 Août 2014
Page: 3/4



Nous passerons rapidement sur le domaine du confort. En effet, en ce qui concerne les intras, cela résume à se mettre un embout dans les oreilles, dans le pavillon de l’oreille. C’est un peu la sensation boule Quiés. Cela dit, avec les embouts silicone, ce n’est plus l’horreur des embouts rigides des années 80. De fait, il est tout à fait possible aujourd’hui de garder des intras un temps certain. Bref, de manière générale, c’est acceptable.

Nous avons donc passé le Syva sur nos DAC préféré, à commencer par le Mini-I de Matrix. Ce DAC est très frais, ce qui n’est, en général, pas la tasse de thé des intras qui s’accordent mieux d’un peu de chaleur afin de contrecarrer l’aspect sec d’un intra entrée de gamme. Nous en apprenons tous les jours. En effet, s’il y a effectivement un point sur lequel nous avions des craintes, c’était la capacité du Syva à être costaud sur la ligne basse. Nous étions à côté de la plaque jusqu’à la première écoute. En effet, même sur le Mini-I, que c’est fort en basse. Même tout simplement trop. La ligne est très présente, avec un gros coffre, presque grondant et vibrant. C’est très marqué, mais l’écoute n’est pas autant désagréable. Mais il faudra le noter et la question qui se pose immédiatement est la suivante : est-ce que ce sera le cas aussi sur l’Essence. Ici, avec le Mini-I, pourtant précis, la restitution est non étouffée mais envahie par les basses. Les médiums sont un peu couverts, mais ils restent plutôt de qualité. Ils ont un peu d’ampleur, ils en auraient certainement plus s’ils n’étaient pas débordés. Les aigus, de fait, sont un peu la partie faible. Ils sont sans vrai finesse, ternes, secs. Ils sont aussi noyer dans la ligne basse, et peinent donc à ressortir avec entrain.

En passant sur l’Essence, c’est trop vivant, trop chaud. La partie du spectre, bas et médium bas, devient trop corpulente. L’ensemble devient presque trop sourd. Pour autant, si cet aspect n’est pas des mieux gérés, la partie haute, aigu et médium haut, récupère un peu d’entrain. De fait, il devient un poil plus musical et surtout vivant. Il avait tendance à se tasser avec le Mini-I, ici, il devient plus enjoué, mais avec une présence un peu too much du bas. Pour autant, les basses restent profondes, quoiqu’un poil brouillonnes. Il manque de tenue, débordé par la volonté de grossir les basses. De fait, ici, l’écoute, à défaut d’être fidèle, est surtout fatigante. Les aigus sont plus fins, beaucoup plus amples qu’avec le premier DAC. Les médiums sont très répartis bas et haut. Ainsi, si le haut est plus chantant, le bas passe trop au-devant avec les basses. Du coup, encore une fois, l’écoute n’est pas désagréable, mais particulièrement typée.

En passant sur source nomade, le Syva fait montre d’une précision correcte. La ligne de basse se métamorphose totalement, en effet, elle devient beaucoup plus sèche. Elle tape bien plus et manque presque de profondeur et de nuance. Elle descend plutôt bien, mais elle manque terriblement de corps. Et ce n’est pas faute d’être allé chercher des morceaux basseux. En fait, elle dispose d’une bonne dynamique mais a laissé l’harmonique un peu au vestiaire. Les choses s’améliorent un peu en poussant sur le volume. Au niveau des médiums, la restitution est plutôt correcte, en effet, même si c’est un peu terne, sans grande ampleur, ils bénéficient quand même d’un peu de nuance. C’est sensible sur les voix qui sont assez sympathiques. Cette touche rend le Syva relativement agréable à l’écoute. Mais il y a nettement mieux. Les aigus sont à la traîne et fondamentalement plutôt plats. Ils manquent nettement de précision, de finesse. Ils claquent et piquent un peu. Cela dit, au final, c’est sur notre Lumia qu’il propose la restitution la plus équilibrée. Elle n’en est pas un modèle pour autant.

Au niveau de la voix, il fait son travail. Le bouton de décrochage peut permettre aussi de mettre en pause le morceau sur notre Lumia. Pas de critique à faire sur le fonctionnement en voix. C’est honnête.




Les nouveautés


Assassin's Creed : Syndicate (Edition Spéciale)
Prix mini : 36,66 €
dispo. dans 5 boutiques

Football Manager 2016
Prix mini : 29,31 €
dispo. dans 7 boutiques

Far Cry Primal
Prix mini : 30,78 €
dispo. dans 5 boutiques

Dirt Rally (Edition Legend)
Prix mini : 34,99 €
dispo. dans 4 boutiques

Rise Of The Tomb Raider
Prix mini : 39,99 €
dispo. dans 3 boutiques