Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 2029 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Ecran ASUS ROG Swift PG27VQ

Article
Rédigé par
Publié le 30 Mars 2018
Page: 3/7

Il y a tellement de chose à voir au démarrage. Commençons par la mise sous tension : un fond noir avec le logo et une inscription ‘’Republic Of Gamer’’ apparait. Agréable donc pour les mises sous tension dans le noir complet. La diode de tension est rouge et très faible, elle ne nous éblouira pas. Pendant ce temps, l’éclairage de l’œil en rouge est assez vif mais le rendu est assez bon. Nous pourrons le réduire voire l’éteindre complètement. Finalement, nous regrettons l’absence de RGB pour cette diode afin de pouvoir le changer suivant nos envies. Nous avons aussi remarqué qu’il arrivait à cette lumière de clignoter (très rarement) lorsque celle-ci est désactivée ; défaut sur le sample ou sur la gamme ?

A gauche : le logo d’origine. A droite : un instant père fille (une simple feuille de papier a suffi à faire l’effet).

Puisqu’il y a un espace RGB derrière, nous allons y jeter un coup d’œil. Le rendu est beau, esthétique, mais il est dommage que les diodes ne soient pas assez puissantes pour éclairer suffisamment le mur et d’en profiter. Mais est-ce le début d’un futur système type ‘’ambilight’’ ? Finalement, l’esthétique du derrière de l’écran est très bien soigné, vous n’aurez pas à vous inquiéter si votre écran n’est pas contre un mur.

Allons au démarrage de Windows donc. Première vue, premier hic, les couleurs sont jaunâtres, est-ce le réglage ou la dalle ? Un peu les deux, soyons franc ; on arrive à réduire cet effet en mettant des couleurs plus froides à partir de l’OSD. Mais il nous sera impossible de berner notre sonde. Nous y reviendrons. Cependant, avec plusieurs jours, nous nous habituons à cette colorimétrie, qui en soi n’est pas si mauvaise que ça.

27" en 1440p, c’est juste parfait. L’espace de travail est bon et ne demande pas de recul ni trop important, ni trop réduit. Nous pourrons travailler dessus sans problème.

En jeu, l’écran rend bien ; les couleurs, une fois réglée, passent plutôt bien et on en oublie vite ce petit mauvais départ. De plus, le 144Hz accouplé au G-Sync offre un confort plus qu’abordable. Il n’y a pas à dire, cet écran est taillé pour le jeu. Witcher 3 est fluide, et Dishonored 2 passe a merveille. Comme d’habitude, le 144Hz décoiffe. Nous avons aussi testé un jeu bien plus agressif encore, histoire de voir si c’est vraiment nécessaire. Ainsi Quake Champion semble bien plus agressif encore en 144Hz qu’en 60Hz. Allez savoir pourquoi. Mais on approuve.



Les nouveautés