EN DIRECT 1685 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test clavier / souris CHERRY DW 9000 SLIM

Article
Rédigé par
Publié le 30 Avril 2019
Page: 3/5

Cherry, avec ce combo, réalise un choix évident au niveau de la souris. En effet, le modèle est assez court et compact, nous sommes presque sur une mini-souris. Cet aspect implique deux choses : premièrement, une prise en main assez simple mais aussi, deuxièmement relativement imposée. C’est assez inéluctable avec les souris compactes, il n’y a automatiquement pas assez de place pour une prise en main de type palm. Il ne sera évidemment pas possible d’étaler la main tant la coque est courte. Elle ne propose pas non plus un format aisé pour un claw grip. En effet, dans ce cas, elle manque un peu de longueur pour aller l’appuyer contre la paume. Cela dit, il est tout de même possible de le tenter mais l’on se retrouve avec les doigts franchement trop en avant des clics. Ce n’est donc pas la panacée. En revanche, avec une prise en main finger grip, l’utilisateur sera plutôt pas mal. Elle reste donc une souris de petite taille, la prise en main n’est donc pas particulièrement négociable. Au niveau des boutons, la souris dispose de clics très fermes. Le déclenchement est franchement ferme et la course, quant à elle, est plutôt dans la moyenne courte. Les deux boutons latéraux sont assez inégaux. En effet, si le premier est finalement assez complexe à activer, il n’est pas impossible de s’y reprendre à deux fois. Ce n’est pas lié au switch utilisé mais plus à son positionnement. En effet, celui de l’arrière est plus facile et ne demande pas d’être repris. Cela dit, les deux sont assez caoutchouteux à la descente. Ce n’est pas totalement rédhibitoire, mais en comparaison de la MC 4000 du même fabricant, c’est bien moins agréable. La molette dispose de crans assez marqués mais un peu imprécis, un peu « larges ». Le défilement est inégal : très freiné vers l’avant, voire même parfois couinant, caoutchouteux vers l’arrière. Elle n’est pas des plus agréables à utiliser. Le bouton de changement des DPI n’est pas difficile à atteindre en raison de la prise en main inhérente à la souris

Le capteur est un modèle classique, sans excès. Nous n’avons qu’un niveau de DPI raisonnable. Trois niveaux de résolution sont offerts : 600 – 1000 – 1600. Cela sera largement suffisant pour une utilisation ordinaire. Rappelons que le combo est plutôt destiné à une utilisation bureautique – surf. Par conséquent, pour ce faire, il est globalement à l’aise, mais si le travail demande à être plus précis, il devient moins performant : l’effet de crénelage est assez marqué lors des déplacements lents et courts. Il reste assez réactif. Il pourrait peut-être même jouer si le besoin s’en faisait sentir. Toutefois, la précision un peu en retrait ne facilitera pas les choses. Il n’est simplement pas prévu pour cela.

En ce qui concerne la glisse, c’est tout à fait bon. En effet, la souris n’est pas trop lourde et en outre, elle dispose de patins courant sur toute sa longueur. De fait, posée sur notre Func 1030 XL, elle se meut avec une belle facilité. Elle ne souffre pas de résistance particulière dans les déplacements, mais elle génère un peu de bruit et une très légère rugosité. Etonnamment, elle est moins rugueuse sur le Steelseries 9HD. Il n’y a pas non plus de réelle résistance dans les mouvements. C’est assez facile. Les patins tout en longueur ne souffrent pas du gros grain du tapis. Sur le Saitek Cyborg, l’apparition de frottements est assez sensible, mais la douceur est bien au rendez-vous. Cela s’accompagne d’un silence notable et appréciable. Elle se sort plutôt bien de l’exercice imposé que constitue notre Nova Winner III. Ce qui laisse réellement à penser qu’elle glisse bien et que le principe de patins courant tout le long de la souris est indéniablement pertinent. C’était aussi le cas de la MC 4000 qui glissait tout aussi bien. De fait, elle n’est pas gênée par l’aspect collant du tapis et les déplacements sont assez souples, peu affectés par les frottements. Seul le bruit caractéristique de zip se rappelle à notre bon souvenir. Enfin sur nos deux tissus, le classique Noppoo et le plus récent MM 350, elle rencontre un plus de résistance. Celle-ci reste toutefois relative sur le MM 350 dont l’aspect satiné fonctionne bien avec la souris. Douceur et aspect lisse sont bien présents. Au final, c’est plutôt bien, elle reste facile et n’impose aucune surface, si ce n’est que sur les rigides, elle pourra être un peu sonore.

Partagez :