EN DIRECT 2895 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test souris CORSAIR GLAIVE RGB PRO et tapis de souris MM350

Article
Rédigé par
Publié le 22 Mai 2019
Page: 3/5

C’est donc iCUE qui prend en charge l’exploitation de la souris. Il est simplement identique à ce qu’il proposait avec l’Harpoon, l’Ironclaw testées il y a peu. De fait, il s’organise toujours de la même manière. Sur l’écran d’accueil, des icônes permettent de sélectionner le périphérique à modifier. Le bandeau supérieur permet de naviguer à travers les paramétrages du soft. C’est l’un des aspects redondants du soft puisque l’un des liens est celui d’Eclairage Instantané qui permet de choisir une couleur de rétroéclairage en un tournemain. Réglages quant à lui permet de d’aller modifier le polling rate de la souris et de la remettre à zéro.

Sur la gauche, la colonne centralise les profils dans un premier temps. Si la souris n’accueille qu’un profil à la fois, il n’en reste pas moins que le soft permet d’en créer autant que de besoin. Corsair met à disposition une bibliothèque de rangement, il est aussi possible classiquement de créer, copier, importer/exporter.

Sur Actions, l’utilisateur pourra modifier l’affectation des boutons et créer ses macros. Pour ce faire, il suffit d’aller sélectionner l’un des boutons sur la représentation de la souris. Sur le bas de la fenêtre, un menu déroulant annonce les différentes possibilités : Macro, Texte, Média, Lancer l’application, Minuterie, Navigation entre les différents profils (ce qui se résume à un profil, notez-le) et Désactivation. La plupart des choix dispose de trois niveaux de réglages : paramètres d’enregistrement, paramètres avancés et paramètres de lancement. Concrètement, pour exemple, du côté des macros, l’enregistrement permet de saisir la séquence de frappe souhaitée, avec les options classiques (respect du temps de saisie, insertion de commandes souris, clavier, voire même enregistrement des mouvements de la souris). C’est sur les paramètres avancés que l’utilisateur pourra déterminer les boucles éventuelles, l’activation de la macro à l’appui sur la touche, au relâchement ou au maintien…les possibilités sont donc nombreuses. L’ensemble pourra être soigneusement rangé au sein d’une bibliothèque. Avec la minuterie, la Glaive peut jouer un son d’identification.

C’est sur Effets d’éclairage que l’utilisateur créera ses macros lumineuses ou optera pour l’un des comportements proposés. Il s’avère que la Glaive profite de trois zones sur lesquelles travailler indépendamment. Onze comportements sont disponibles avec, notamment, les classiques Arc-en-ciel, vague, ondulation, spirale etc. Comme avec les macros, si l’utilisateur prend un peu de temps à la création, il pourra faire quelque chose de très personnalisé esthétiquement.

Sur DPI, c’est le capteur qui profite de réglages. Cinq niveaux sont présents, réglables par pas de 1. Chacun peut être visualisé directement sur la souris à l’aide d’une couleur sous les liserés. Pratique. La Glaive profite d’un niveau dit Sniper qui trouve toute sa place sur une souris dédiée au FPS. Performance règle la vitesse du pointeur notamment et permet d’activer un mode prédiction qui, au demeurant, est assez peu sensible. Enfin sur Calibrage de Surface, l’utilisateur pourra adapter le capteur de la souris à la surface.

Il est évident que’iCUE permet de faire beaucoup, mais il conserve ce petit côté complexe. Il s’est toutefois simplifié avec les différentes mises à jour. Il demande encore un peu de temps de prise en main. Rien d’impossible toutefois.

Partagez :