EN DIRECT 2705 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test vidéoprojecteur Acer Nitro G550

Article
Rédigé par
Publié le 21 Juin 2019
Page: 3/6

Le démarrage d’un vidéoproj’ demande toujours des réglages : régler la géométrie, la position, les molettes pour l’inclinaison (si jamais votre meuble n’est pas de niveau), la taille de projection et la mise au point. C’est toujours un peu hasardeux, la position est très sensible : un millimètre de déplacé correspond bien à dix centimètres de décalé sur la toile, surtout lorsqu’elle est à 3 mètres. Une fois tout ça réglé, on évitera de toucher au vidéo car le réglage demande toujours une grande patience. La focale est basse, c’est-à-dire que vous avez deux solutions pour projeter en utilisant au minimum la correction trapèze qui réduit la qualité d’image : le mettre sur une table basse à l’endroit ou le mettre à l’envers à l’aide d’une fixation au plafond. Nous le mettrons sur d’énormes blocs en bois sur une étagère : le trapèze sera de mise. Une fois réglé, nous voyons qu’a trois mètres nous pouvons prétendre à une surface de projection de 90 pouces. Le zoom n’étant pas à son maximum, nous pourrions projeter bien plus grand sur la même distance. Pouvant aller jusqu’à 8 mètres de projection, nous n’imaginons pas la taille de la diagonale…

Une fois tout ça réglé, et la résolution native en place, le vidéoprojecteur offre un bon piqué, l’image est net et nous voyons qu’infiniment la réduction de qualité due à une énorme correction de trapèze. En ce qui concerne la luminance, elle est suffisante pour projeter dans une pièce éclairée, mais celle-ci réduira le contraste. Dans le noir complet, les couleurs sont magnifiques surtout avec la HDR d’activée. Un petit tour dans les résolutions est de mise. Avec ce vidéoprojecteur, vous pourrez atteindre du FHD en 120 Hz avec un panel de couleur de 12 BPC en gamme complète RVB, mais dans ce mode, la HDR ne sera pas accessible à partir des jeux ou logiciel (pour cela, il faudra soit passer en 8 BPC soit en 60 Hz). Ceci dit, elle est activable dans l’OSD et le résultat est là. Nous pouvons aussi atteindre la 4K, et même si en jeu l’image est bien plus belle, réduisant quasiment à néant l’aliansing (et les frames par seconde au passage), elle ne fait pas partie des résolutions natives et un downscale est calculé par le projecteur, laissant une illisibilité totale lors d’une utilisation en bureautique. Le passage à la 4K n’est pas non plus sans perte : dans cette résolution, nous perdons le 120 Hz et passons à 60 Hz maximum, mais aussi seul le 8 BPC est disponible ; la HDR est cependant présente dans Windows. Tous ces changements de résolution sont hasardeux. A chaque changement et de façon aléatoire, nous avons pas mal d’artefacts : passage en noir et blanc avec un vidéoprojecteur à l’agonie qui throttle, des affichages multiples, l’image qui défile du haut vers le bas… Bref, pour minimiser un maximum, nous conseillons de changer un des paramètres à la fois et de valider à chaque coup : résolution, fréquence, BPC et HDR. Une fois la stabilité trouvée : ne touchez plus ! Et attention à vos jeux : ils peuvent utiliser une résolution différente de Windows et créer des artefacts à leur lancement.

Enfin, une fois tout ça en place, en FHD, 12B PC et 120 Hz, les couleurs sont magnifiques. Nous avons peut-être un pitch énorme, mais à trois mètres de distance, il ne se fait que peu ressentir. L’espace de travail n’est pas énorme mais est déjà bien suffisant pour une utilisation en mono fenêtre. En jeu aussi le rendu est extrêmement bon, à 90 pouces c’est immersif. Mais l’aliasing est plus que présent. Seule la 4K réduit ce défaut au même rythme que les FPS. Ce sera un choix à faire. Le 120 Hz y joue aussi pour beaucoup, et aucun ghosting ou reverse ghosting n'est visible. Et pour terminer petit retour sur la nuisance sonore, au démarrage le ventilateur est a fond et debite pas moins de 52 dBA a 30cm du vidéoprojecteur, une fois calmer nous en sommes a 42 dBA, c’est audible lors des scènes peu bruyantes mais une fois le son en route, il se fait vite oublier.

Partagez :