EN DIRECT 1625 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test clavier mécanique Realforce PFU Limited Edition

Article
Rédigé par
Publié le 03 Janvier 2020
Page: 2/4


Le clavier, en lui-même, met en avant un look que l’on peut clairement qualifier de daté, ou en tous les cas, très classique. Cela dit, à y regarder de plus près, malgré ce design peut-être empesé, la finition et les matériaux donnent pleinement satisfaction. A la prise en main, ne serait-ce que le poids et la rigidité, il inspire réellement confiance. Il paraît même indestructible. En outre, le plastique employé ne ressemble pas à celui utilisé de manière traditionnelle chez la concurrence. En effet, il s’agit pour l’essentiel de PBT, au même titre que le set de touches.

Le clavier est un modèle au format classique. Les switches Topre impliquent la présence de touches au profil haut. Ces dernières ont un marquage classique presque basique, celui que l’on croise sur la grande majorité des claviers. La ligne de fonctions n’est pas doublée, toutefois par un jeu de combinaison qu’il faudra bien sûr apprendre, il est possible d’ajouter quelques commandes. Au bout de la ligne de fonction, le Realforce accueille quatre boutons placés dans un encart imitation carbone. Les trois premiers permettent de gérer le volume et le quatrième porte un logo représentant trois touches. Il s’agit du bouton APC, nous y reviendrons. C’est aussi dans l’encart suscité que nous retrouvons quatre diodes d’information. Les pavés numériques, Inser et flèches sont identiques à ce que l’on peut régulièrement croiser. Du côté des touches alphanumériques, rien de particulier non plus. Au final, sur l’ensemble, seules deux ou trois touches sortent de l’ordinaire avec un marquage latéral. Les tranches du clavier ne portent rien de particulier, celle du bas avance un chanfrein. La tranche arrière est assez haute et apporte une partie de l’inclinaison. Pour autant, sous le clavier, nous retrouvons quatre patins de caoutchouc à picot, deux pattes de surélévation caoutchoutées. La plaque intègre trois canaux de passage du câble. Le câble, lui-même, simplement recouvert de caoutchouc se termine par un USB non plaqué or.

Au niveau technique, le RealForce opte pour des switches Topre. Ici ce sont des 45 g en modèle Silent, ce qui va apporter beaucoup, vous le verrez. Les switches sont annoncés 50 millions de pression. Notre modèle embarque l’APC, le fait de pouvoir modifier sur 3 hauteurs le point d’activation des touches. La course de la touche est de 4 mm, mais l’activation sera à choisir entre 1.5, 2.2 et 3 mm. Il est Full N-Key Rollover. Le clavier ne dispose pas de rétroéclairage et d’aucun artifice axé gaming. Realforce propose aussi une gamme plus spécifique gaming…C’est-à-dire qu’elle opte pour le rétroéclairage RGB essentiellement et quelques raccourcis supplémentaires sur la ligne de fonction. Du côté des dimensions, le RealForce annonce 142 X 455 X 30 mm pour un poids de 1.4 kg. C’est indéniablement un bestiau qui bénéficie toutefois d’un support logiciel. Nous aurions pu passer par la présentation du soft…S’il avait fonctionné. Malgré des tentatives sur plusieurs machines (machine principale, portable et NUC), il n’a jamais réussi à s’ouvrir. Nous ne pouvons donc que déplorer cette incompatibilité, ou ce bug. Malgré des lancements avec corrections de compatibilité, des ouvertures de droits sur les logiciels de sécurité, il n’aura jamais proposé quoi que ce soit. Du coup, nous n’aurons pas de chapitre consacré au logiciel et passons directement à l’utilisation.

Partagez :
Marque : RealForce