EN DIRECT 1859 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test Intel NUC 9 Extreme Kit NUC9i9QNX

Article
Rédigé par
Publié le 05 Juin 2020
Page: 3/5

L'ouverture du boitier se fait très simplement, il suffit de dévisser les deux uniques vis à l'arrière puis de tirer doucement la partie supérieure qui comprend les deux ventilateurs fins de 80 mm. Aucun risque à avoir pour les câbles, Intel a fait le choix d'un système avec des contacteurs, une excellente idée. Ensuite, les deux panneaux en mesh se glissent vers le haut.

La carte graphique étant déjà installée, sur notre exemplaire, nous allons la démonter pour en savoir plus. Puis la remonter, bien entendu, ce qui nous permettra de voir si son installation est simple ou non. Spoiler alert :c'est quand même super étroit...

Le boitier est divisé en deux parties : le haut avec la carte mère et la carte graphique, et le bas avec l'alimentation 80Plus Platinum d'une puissance de 500 W. Entre les deux se trouve un PCB qui permet de faire pas mal de choses :

  • - Lien entre la carte mère et les cartes filles (un PCI-E 16x et un PCi-E 4x, deux équerres PCI)
  • - Lien avec un SSD M.2, qui profite d'un radiateur
  • - Alimentation des différentes cartes, le PCB étant relié au bloc via un connecteur à dix broches qui reprend la norme ATX12VO

L'avant du boitier sert d'espace de rangement à tous les câbles, et c'est assez chargé. Une séparation en plastique est également présente entre les cartes mère et graphique, afin de canaliser le flux d'air.

A ce niveau, il n'y a pas grand chose à dire, mais on note déjà que les deux connecteurs pour les antennes WiFi sont très proches du châssis, et il ne sera pas facile de mettre les câbles avec des gros doigts.

Enlever et remettre la carte graphique demande un peu de patience à cause des câbles à l'avant, mais aussi du petit rebord sur le haut du châssis au-dessus des équerres PCI. Rien d'insurmontable néanmoins, on prend vite le coup de main. Mention spéciale au connecteur d'alimentation à huit broches coudés. Mention un peu moins spéciale au deuxième connecteur qui n'est pas coudé, et que nous aurions bien aimé ne pas trouver afin de libérer encore un peu plus de place.

Une fois la carte graphique enlevée, on peut s'attaquer à la carte mère NUC Compute Element. Ou pas ! Si nous avons démonté la carte pour la découvrir plus en détail, il est possible d'accéder aux deux emplacements M.2 et à la mémoire en dévissant le cache tout en laissant la carte en place. En revanche, il faudra tout enlever pour installer un SSD sur le PCB dédié, celui-ci étant pile sous la carte mère. Dans ce cas, il faut dans un premier temps retirer le câble Audio HD du header et de la goulotte, le câble USB Type-C et enlever doucement la carte, de biais pour moins galérer. Les connecteurs à l'avant peuvent se retirer une fois la carte sortie du boitier.

Et on refait en sens inverse pour remettre la configuration ! Pas d'erreur possible pour les deux ports PCI-E 16x, tout est écrit sur le PCB. Et comme le Ghost Canyon est livré avec le Compute Element installé, il faudrait être de mauvaise foi pour se tromper.

Vide, le boitier ne présente donc rien de particulier puisque tous les composants vont littéralement dans la carte mère.

Installer une configuration dans le NUC 9 Extreme Kit est une expérience intéressante. Pas forcément plaisante la première fois, ni la seconde d'ailleurs, mais on se prend à apprécier l'idée d'avoir deux cartes à enficher dans des ports PCI-E 16x. Il suffit de prendre le petit coup de main pour passer les cartes légèrement de biais, et le tour est joué. Dans un boitier plus grand, on doit pouvoir se faire plaisir, même si les différents headers de la carte mère ne sont pas forcément bien placés.

Partagez :
Marque : Intel