EN DIRECT 1966 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Corsair Ironclaw RGB et tapis MM350

Article
Rédigé par
Publié le 30 Janvier 2019
Page: 3/5

Vous devez maintenant bien le savoir, CUE, qui est d’ailleurs devenu iCUE, est le soft qui centralise tous les périphériques Corsair. Il fut un temps, pas si lointain, où il demandait un réel temps d’apprentissage tant il était complexe de complétude (ou vice-versa, ç’était aussi le cas). Aujourd’hui il est plus facile et moins complexe. A l’ouverture du soft, nous retrouvons une barre d’outils qui intègre notre H110iGT, iCUE nous propose donc un tableau de bord. Cela dit, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est bien l’Ironclaw. De fait, il est possible de jeter un rapide coup d’œil du côté de Réglages. C’est ici que nous pouvons le taux de transfert qui est calé par défaut à 1000 Hz. C’est aussi à cet endroit que l’intensité du rétroéclairage est modifiable et qu’il sera possible de remettre à zéro la souris si on a poussé le bouchon un peu trop loin.

En revenant sur Accueil et après avoir cliqué sur l’icône de la souris, la colonne droite propose tous les réglages nécessaires. Au niveau des profils, tout se passe sur le haut de la colonne, même si dans les faits, les choses sont assez simples : l’Ironclaw n’en accueille qu’un à bord. De fait, tous les autres sont hébergés localement. Il paraît judicieux d’utiliser l’option dossier pour ranger les profils, en effet, ils sont tous présents. Ceux de la souris comme du clavier qui est aussi passé par là. Il sera possible classiquement de les copier-coller, exporter-importer et donc de les supprimer.

Nous trouvons ensuite Actions qui prend en charge les assignations de boutons, chaque création viendra se placer au sein de cette bibliothèque. L’utilisateur choisira entre toutes les commandes possibles : clavier, multimédias, texte, lancement d’applications, minuterie, navigation entre les profils et désactivation. Chacune de ses propositions dispose de paramètres avancés et de paramètres de lancement. Cela permet d’affiner encore le fonctionnement. C’est aussi ici que nous trouvons la gestion des macros. L’enregistreur est un modèle assez élaboré qui prévoit toutes les options : délai fixe ou manuel, commandes clavier ou souris, défilement de la molette. Nous y trouvons aussi des réglages quant au comportement de la macro : à l’appui sur la touche, au maintien de la pression ou au relâchement. Les répétitions sont aussi de la partie et il sera même envisageable de combiner une macro avec celle en cours. Bref, des enchaînements intéressants pourront être au programme. Sur Effets d’éclairage, l’utilisateur traitera de la question du rétroéclairage. Là aussi, les possibilités sont nombreuses puisque les deux zones – logo et molette – peuvent être réglées indépendamment l’un de l’autre. Elles peuvent donc accueillir tous les comportements proposés. Corsair est généreux sur ce point : arc-en-ciel, ondulation, spirale, impulsion, vague, visière, pluie, éclairage de frappe, température ou statique. L’utilisateur peut combiner tout cela, mais il y a aussi de quoi s’y perdre. En tous les cas, la vitesse des comportements est paramétrable, l’alternance des couleurs ou le fait qu’elles soient aléatoires. Bref, la souris devrait pouvoir s’allier parfaitement à l’intérieur de son propriétaire.

Sur DPI, la définition du capteur de la souris pourra être modifiée ainsi que la couleur d’information du niveau retenue sur les lisérés du côté gauche. Par défaut, l’Ironclaw offre trois niveaux et un niveau Snip, qu’il faudra bien sûr au préalable affecter à l’un des boutons de la souris. Ce dernier peut aussi bénéficier d’une couleur spécifique sur le rétroéclairage. La résolution court de 100 à 18000 DPI, par pas de 1. Les axes X et Y peuvent être réglés indépendamment. Au même titre que les profils, l’utilisateur peut ici créer autant de profils DPI qu’il le souhaite en fonction des jeux. L’onglet Performance est très simple : il permet d’accélérer ou de ralentir la vitesse du pointeur sous Windows et d’enclencher un relativement anecdotique mode prédiction. Le dernier onglet, nommé Calibrage de Surface permettra d’allier le mieux possible à votre surface…sur le principe. Nous n’avons pas franchement vu de différence avant et après l’avoir fait.

iCUe est devenu un logiciel bien plus facile d’accès qu’il ne l’était. Il demande cependant un peu de prise en main avant de s’y sentir à l’aise. Mais une fois cet apprentissage effectué, les possibilités sont nombreuses et très complètes.

Partagez :